exclusif

exclusif

exclusif, ive [ ɛksklyzif, iv ] adj.
• 1453; lat. médiév. exclusivus, du supin de excludere exclure
1Anc. dr. Qui a force d'exclure. Avoir voix exclusive : avoir le droit d'exclure un candidat proposé.
2(fin XVIIe) Qui exclut de tout partage, de toute participation. Privilèges, droits exclusifs, qui appartiennent à une seule personne ou à un seul groupe de personnes ou de choses. ⇒ exclusivité; particulier, personnel, propre, spécial, spécifique. Jouir de privilèges exclusifs. L'État se réserve le droit exclusif de vendre le tabac ( monopole) . — EXCLUSIF DE : qui exclut comme incompatible. « un patriotisme non exclusif du droit de critique » (Benda).
Math. Le ou exclusif ( disjonction; ou [6o]) .
3Comm. Qui est produit, vendu seulement par une firme. Modèle exclusif. Concessionnaire, distributeur exclusif (d'une marque).
4(XVIIIe) Qui tend à exclure tout ce qui est gênant ou simplement étranger. « cette préoccupation exclusive et passionnée qu'ils appellent de l'amour » (Stendhal) . absolu, unique. « Tout grand amour est exclusif, et l'admiration d'un amant pour sa maîtresse le rend insensible à toute beauté différente » (A. Gide). « Les liens qui n'avaient pas pour but exclusif le renforcement du petit groupe » (Proust).
5Absolt (Personnes) Absolu dans ses opinions, ses goûts, ses sentiments. Être exclusif en amour, en amitié. entier.
⊗ CONTR. Inclusif. Éclectique, large, ouvert, tolérant. Oblatif.

exclusif nom masculin Système de l'exclusif, ensemble de prescriptions réglementant les échanges commerciaux entre la France et ses colonies, sous l'Ancien Régime. (Ce système donnait à la France l'exclusivité du transport transatlantique aux colonies, leur interdisait de commercer entre elles et avec les pays étrangers, et les obligeait à orienter leur activité vers des produits agricoles de haute qualité [épices, sucre, coton, café, etc.].) ● exclusif (expressions) nom masculin Système de l'exclusif, ensemble de prescriptions réglementant les échanges commerciaux entre la France et ses colonies, sous l'Ancien Régime. (Ce système donnait à la France l'exclusivité du transport transatlantique aux colonies, leur interdisait de commercer entre elles et avec les pays étrangers, et les obligeait à orienter leur activité vers des produits agricoles de haute qualité [épices, sucre, coton, café, etc.].) ● exclusif, exclusive adjectif (latin médiéval exclusivivus, du latin classique excludere, exclure) Qui exclut une autre chose comme incompatible : Droit exclusif de tout autre droit. Qui appartient à un seul, à l'exclusion des autres, par privilège spécial : La propriété exclusive d'un modèle. Qui relève d'une propriété excluant toute autre : Un modèle exclusif. Qui exclut tout partage, qui ne s'attache qu'à un seul objet : Un amour exclusif. Qui s'attache à une seule chose, rejette tout ce qui est contraire à ses goûts ou à ses opinions : C'est un homme exclusif dans ses idées.exclusif, exclusive (expressions) adjectif (latin médiéval exclusivivus, du latin classique excludere, exclure) Disjonction exclusive, disjonction correspondant au latin « aut… aut… » (exemple fromage ou dessert), qui est fausse lorsque les deux propositions qu'elle relie sont vraies. ● exclusif, exclusive (synonymes) adjectif (latin médiéval exclusivivus, du latin classique excludere, exclure) Qui appartient à un seul, à l'exclusion des autres, par...
Synonymes :
- spécial
- spécifique
Qui exclut tout partage, qui ne s'attache qu'à un seul...
Synonymes :
- égoïste
Contraires :
- éclectique
Qui s'attache à une seule chose, rejette tout ce qui...
Synonymes :
- buté
- intolérant
Contraires :
- libéral
- tolérant

exclusif, ive
adj.
d1./d Qui est le privilège de qqn à l'exclusion des autres. Pouvoir exclusif. Une interview exclusive.
|| COMM Un produit exclusif.
d2./d Qui ne s'intéresse qu'à son objet en excluant le reste. Amour exclusif.

⇒EXCLUSIF, IVE, adj. et subst. fém.
I.— Adjectif
A.— Qui exclut (une personne, une chose, un ensemble de choses).
1. Vieilli, DR. CANON. Qui a force ou pouvoir d'exclure. Avoir voix exclusive. Avoir le droit d'exclure le candidat présenté. Il y a des couronnes qui ont voix exclusive dans l'élection des papes (Ac. 1835, 1878).
2. Qui exclut quelque chose comme incompatible.
a) [En parlant d'idées, de sentiments] Exclusif de + subst. Mais si la passion revenait, chaleureuse comme aux premiers jours, elle n'était plus aussi exclusive de tout calcul (VOGÜÉ, Morts, 1899, p. 325). Il faut, enfin, que l'initiative se déploie du haut en bas. Cela n'est pas exclusif de la discipline, bien au contraire (DE GAULLE, Mém. guerre 1954, p. 408) :
1. Cette iniquité, à son tour, est manifeste, soit que les richesses viennent d'un hasard aveugle, ou qu'elles aient été le prix de manœuvres coupables, soit qu'elles procèdent de travaux intéressés, et, par conséquent, exclusifs de toute pensée généreuse ...
OZANAM, Philos. Dante, 1838, p. 180.
b) [En parlant de deux choses, deux phénomènes qui ne peuvent coexister] Exclusifs l'un de l'autre. Deux qualités qui, ordinairement, sont exclusives l'une de l'autre : l'érudition de l'esprit et la fougue de l'imagination (LAMART., Nouv. Confid., 1851, p. 89). Les éléments d'une tendance ne sont pas comparables, en effet, à des objets juxtaposés dans l'espace et exclusifs les uns des autres (BERGSON, Évol. créatr., 1907, p. 119). La peur et l'angoisse sont exclusives l'une de l'autre (SARTRE, Être et Néant, 1943, p. 67).
B.— Qui exclut toute autre personne, toute autre chose.
1. Qui est fermé à toute pénétration extérieure. Ils éclairent de leur passion un monde exclusif où ils retrouvent leur climat (CAMUS, Sisyphe, 1942, p. 24) :
2. ... les préjugés que l'on conserve en province contre les Juifs ne lui permettaient pas, malgré sa fortune et celle de son tuteur, d'être reçue dans cette société tout exclusive qui s'appelle, à tort ou à raison, la noblesse.
BALZAC, Lambert, 1832, p. 140.
2. Qui n'appartient qu'à une personne ou à un groupe de personnes.
a) [En parlant d'un droit ou d'un privilège] Accordé à certaines personnes seulement. Droit exclusif. Réfléchissez à ce que vous désirez pour le nombre d'exemplaires à tirer et pour le temps pendant lequel vous garderez l'usage exclusif de l'ouvrage (CLAUDEL, Corresp. [avec Gide], 1911, p. 171). Marinette regardait ce lit comme sa propriété exclusive (PESQUIDOUX, Livre raison, 1932, p. 23) :
3. ... Jos-Mari Tannenwalder était le candidat le mieux désigné, le plus capable de conduire en montagne Mme Bergen. À Jos-Mari donc la fortune. Car il ne s'agissait de rien moins que d'un engagement exclusif d'un mois.
PEYRÉ, Matterhorn, 1939, p. 50.
b) COMMERCE
[En parlant d'un produit] Qui est fabriqué ou vendu par une seule personne, par une seule société. Bonne-maman m'avait fait cadeau d'une coquille nacrée, d'un modèle exclusif, comme nos capotes bleu horizon (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p. 49).
[En parlant d'une pers.] Qui a seul le droit de prospecter ou de vendre dans une région déterminée. Le concessionnaire exclusif d'une marque d'automobiles (J. GIRODET, Logos, Paris, Bordas, 1976).
3. Dans le domaine des sentiments ou des idées. Qui s'attache à un seul objet, qui concerne un seul être ou une seule chose à l'exclusion des autres. Un amour exclusif. On écrivait sur les murs les noms de ceux qui devenaient des inséparables; les amitiés trop exclusives étaient tournées en ridicule (LARBAUD, F. Marquez, 1911, p. 146). Je demeurais étranger à tout ce qui ne touchait pas à la reine Nitocris. Jamais amour ne fut plus exclusif (FRANCE, Vie fleur, 1922, p. 358).
[Avec une valeur intensive, en parlant de pers.] Qui est absolu, intolérant dans ses sentiments ou ses opinions. J'ai le malheureux défaut d'être très exclusif (BALZAC, Corresp., 1834, p. 472). C'est même là un bel exemple que nous donnerons à Nanterre. Ne soyons pas exclusifs, accueillons tous les mérites (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Rosier Mme Husson, 1887, p. 689) :
4. ... les opinions changeaient avec les personnes, la vérité paraissait moins rigoureuse, la vie plus ample et légère, et Berthe se sentait un peu dégagée de cette gêne attristante où vous tient la domination d'un esprit exclusif...
CHARDONNE, Épithal., 1921, p. 392.
Emploi subst. masc. Et il dit (...) « Moi, j'aime tout ce qui est beau », se décernant un brevet de discernement du beau et infligeant aux exclusifs, comme nous autres, le blâme de gens de mauvaise foi et de mauvais goût (GONCOURT, Journal, 1860, p. 721).
4. P. ext. [En parlant d'un fait considéré dans ses rapports avec son environnement réel ou conceptuel] Qui domine seul, à l'exclusion de tout autre. Sur le toit sont couchées des courges allongées qui forment la nourriture presque exclusive de ces malheureux (DU CAMP, Nil, 1854, p. 18). C'est en Afrique qu'on peut le mieux suivre, avec l'appauvrissement graduel de la végétation, l'emploi de plus en plus exclusif de la terre pour les constructions (VIDAL DE LA BL., Princ. géogr. hum., 1921, p. 151). Cependant que les sensations, les passions, les intérêts matériels deviennent, au contraire, les objets exclusifs de la littérature, qui s'excuse assez bien sur l'observation des mœurs (VALÉRY, Variété IV, 1938, p. 169) :
5. Bien qu'aujourd'hui, il n'y ait pas de système exclusif régnant en médecine, la plupart des médecins cependant croient encore devoir se donner une autorité médicale soit en s'appuyant sur des vues théoriques à eux propres, soit en invoquant tel ou tel système.
C. BERNARD, Princ. méd. exp., 1875, p. 28.
II.— Subst. fém.
A.— DR. CANON. Vote que le conclave peut utiliser pour écarter un candidat au pontificat :
6. Mais (...) il y aura des luttes personnelles entre les prétendants qui réunissent un certain nombre de voix (...) et comme il ne faut qu'un tiers des voix du conclave, plus une, pour donner l'« exclusive » qu'il ne faut pas confondre avec le droit d'« exclusion », le ballotage entre les candidats se pourra prolonger.
CHATEAUBR., Mém., t. 3, 1848, p. 490.
P. ext. Jeter, lancer, prononcer l'exclusive contre qqn. C'est Ponchon qui est élu, malgré l'exclusive prononcée par Goncourt contre les poètes (LÉAUTAUD, Journal littér., 4, 1924, pp. 376-377). Dans ce milieu Guermantes où, en exceptant les Altesses et les Duchesses, on était d'une exigence infinie pour l'esprit et le charme, où on prononçait l'exclusive pour des hommes éminents qu'on trouvait ennuyeux ou vulgaires (PROUST, J. filles en fleurs, 1918, p. 513).
B.— Action par laquelle on exclut (généralement) avec fermeté une personne, une idée, une solution. Je suis si las des polémiques, des exclusives, des fanatismes! (SAINT-EXUP., Lettre otage, 1943, p. 404). L'autonomie ne détermine aucune exclusive (J. VUILLEMIN, Essai signif. mort, 1949, p. 278).
C.— COMM. Réserver l'exclusive à qqn. Lui en réserver l'exclusivité. (v. ce mot B). Mais si Grasset prend mes journaux et que je lui en réserve l'exclusive, (...) il y aurait avantage à donner quelque chose de déjà fait (DU BOS, Journal, 1925, p. 380).
Rem. On rencontre ds la docum. exclusif, subst. masc. Réputation qui ricocha jusqu'au triomphe, puis jusqu'au stade de ce qu'on appelle « l'exclusif » en argot hôtelier (FARGUE, Piéton Paris, 1939, p. 204).
Prononc. et Orth. :[], fém. [-i:v]. Cf. é-1. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1453 « qui est exclu » au supplice de mort exclusive (Cout. de Touraine, 224, D'Espinay ds R. Hist. litt. Fr. t. 12, p. 146). attest. isolée; 2. 1541 « qui exclut » diction [« arrêt, sentence »] exclusive (CALV., Instit., 588 ds LITTRÉ); d'où 1541 exclusive, fém. subst. « disposition exclusive » (ID., Consilia [X, 1 234] ds HUG.); 3. 1748 « qui appartient uniquement à qqn par privilège spécial » priviléges exclusifs (MONTESQ., Esp., XX, 20 ds LITTRÉ); 4. 1762 « qui n'admet aucun partage » plaisirs exclusifs (J.-J. ROUSSEAU, Émile, IV, ibid.). Empr. au lat. médiév. exclusivus « qui exclut » (XIIIe s. ds LATHAM) formé sur le supin exclusum de excludere, exclure. Fréq. abs. littér. : Exclusif : 502. Exclusive. : 486. Fréq. rel. littér. : Exclusif : XIXe s. : a) 1 215, b) 428; XXe s. : a) 459, b) 591. Exclusive : XIXe s. : a) 931, b) 436; XXe s. : a) 508, b) 731. Bbg. GOHIN 1903, p. 295, 322. — QUEM. DDL t. 11.

exclusif, ive [ɛksklyzif, iv] adj. et n. f.
ÉTYM. 1453; lat. médiéval exclusivus, du supin de excludere. → Exclure.
———
I Adj.
A (Sans compl.).
1 Anc. dr. Qui a force d'exclure. || Avoir voix exclusive : avoir le droit d'exclure un candidat proposé.
2 (Fin XVIIe). Qui exclut de tout partage, de toute participation. || Privilèges, droits exclusifs, qui appartiennent à une seule personne ou à un seul groupe de personnes ou de choses. Exclusivité; particulier, personnel, propre, spécial, spécifique. || Avoir la jouissance exclusive d'un objet. || Avoir la propriété, l'usage exclusif de qqch. || Jouir de privilèges exclusifs. || Privilège exclusif d'émission des billets (→ Banque, cit. 3), de la vente de certains produits. || L'État se réserve le droit exclusif de vendre le tabac ( Monopole).
1 (…) si les affaires ne sont si grandes qu'elles soient au-dessus de la portée des particuliers, on fera encore mieux de ne point gêner, par des privilèges exclusifs, la liberté du commerce.
Montesquieu, l'Esprit des lois, XX, X.
3 Comm. a Qui est produit, vendu, seulement par une firme. || Modèle exclusif.
b Concessionnaire, distributeur exclusif (d'une marque).
4 (XVIIIe). Qui tend à exclure tout ce qui est gênant ou simplement étranger. || Sentiments exclusifs. || Amour exclusif (→ Avidité, cit. 6; canin, cit. 1; disponible, cit. 2). Égoïste, jaloux. || Avoir une passion (cit. 21) exclusive pour qqn, pour qqch., une passion qui accapare l'attention, l'affection. Absolu, unique. || Patriotisme exclusif ( Chauvinisme). || Avoir des goûts exclusifs.
2 Le christianisme en a fait (de l'amour de la patrie) un amour principal, et non pas un amour exclusif (…)
Chateaubriand, le Génie du christianisme, I, V, XIV.
3 (…) cette préoccupation exclusive et passionnée qu'ils appellent de l'amour (…)
Stendhal, la Chartreuse de Parme, I, XIII.
4 Ainsi tout grand amour est exclusif, et l'admiration d'un amant pour sa maîtresse le rend insensible à toute beauté différente.
Gide, Prétextes, p. 18.
5 Absolt. (Personnes). Absolu dans ses opinions, ses goûts, ses sentiments. || Être exclusif en amour, en amitié. || Esprit, caractère exclusifs. || Il est trop exclusif dans ses opinions. Buté, entier, entêté, parti (de parti pris).(Choses). || Avoir un but exclusif. || Avoir pour objet exclusif de… (→ Commerce, cit. 1). || Vous considérez ce problème d'un point de vue trop exclusif. Étroit.
5 Le point de vue est exact, mais à la condition de n'être pas exclusif.
Louis Barthou, Mirabeau, p. 261.
6 (…) les liens qui n'avaient pas pour but exclusif le renforcement du petit groupe.
Proust, À la recherche du temps perdu, t. XII, p. 154.
B (Au sens A., 2.). || Exclusif de… : qui exclut comme incompatible. || Une raison impérieuse, exclusive de toute autre considération.
7 Qu'on ne nous objecte plus nos idolâtries comme exclusives du salut (…)
Bossuet, Avertissement, III, in Littré.
8 (…) la levée de boucliers de toute une pléiade de jeunes hommes (…) contre un de leurs maîtres (Jacob) qui leur avait enseigné un patriotisme non exclusif du droit de critique.
Julien Benda, la Trahison des clercs, p. 134.
———
II N. f. (XVIe). || Exclusive.
1 Dr. canon. Vote, mesure d'exclusion de la part des membres d'un conclave, contre un candidat au pontificat.
9 (…) il y aura des luttes personnelles entre les prétendants qui réunissent un certain nombre de voix, et comme il ne faut qu'un tiers des voix du conclave, plus une, pour donner l'exclusive qu'il ne faut pas confondre avec le droit d'exclusion, le ballottage entre les candidats se pourra prolonger. La France veut-elle exercer le droit d'exclusion qu'elle partage avec l'Autriche et l'Espagne ?
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. V, p. 92.
2 Par ext. Action par laquelle on exclut ou écarte une personne (d'un groupe), ou une idée, une solution, etc. || Prononcer, jeter, lancer l'exclusive : déclarer l'exclusion (1. et 2.). Interdit (jeter l'), veto. || Ancien ministre devenu l'objet d'une exclusive de la part de la majorité. || Sans esprit d'exclusive : sans rien rejeter, ni personne.
10 Aux qualités brillantes il (l'Anglais) oppose, selon la formule traditionnelle, « ces qualités solides, mille fois préférables » qui inspirent au moins confiance. Il va même jusqu'à préférer les leaders un peu ennuyeux, qu'il déclare safe, cependant qu'une exclusive silencieuse écarte du pouvoir les gens éloquents ou trop bien doués.
André Siegfried, l'Âme des peuples, IV, II.
CONTR. (De l'adj.) Inclusif. — Éclectique, large, ouvert, tolérant.
DÉR. Exclusivement, exclusivisme, exclusivité.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • exclusif — exclusif, ive (èk sklu zif, zi v ) adj. 1°   Qui a force d exclure. Un droit exclusif de tout autre. •   Le vice roi de Goa accordait à des particuliers des priviléges exclusifs, MONTESQ. Esp. XX, 20. •   Faut il de tous les champs qu exclusifs… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • exclusif — Exclusif, [exclus]ive adj. v. Qui a force d exclurre. Il a voix exclusive. c est une raison exclusive de sa demande. cela est exclusif. un droit exclusif de tout autre …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Exclusif — ce soir Genre magazine Présentation Emmanuelle Gaume et Thierry Clopeau (1998) Emmanuelle Gaume et Frédéric Joly (1998 2000) Flavie Flament et Frédéric Joly (2000 2001) Valérie Bénaïm et Frédéric Joly (2001 2002) Pays …   Wikipédia en Français

  • Exclusif — Als Exclusif (frz.) bezeichnet man die Forderung nach einer ausschließlichen Nutzung der eigenen überseeischen Besitzungen (Kolonien) zum Vorteil des französischen Mutterlandes im Zeitalter des Merkantilismus. Inhaltsverzeichnis 1 Grundlagen 2… …   Deutsch Wikipedia

  • EXCLUSIF — IVE. adj. Qui a force d exclure. C est une raison exclusive. Cela est exclusif. Un droit exclusif, exclusif de tout autre. Privilége exclusif.   Avoir voix exclusive dans une élection, Avoir le droit d exclure le candidat présenté. Il y a des… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • exclusif — См. esclusivo …   Пятиязычный словарь лингвистических терминов

  • exclusif — adj. èskluzifo, ifa / îva, e (Albanais) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • EXCLUSIF, IVE — adj. Qui a force d’exclure. C’est une raison exclusive. Cela est exclusif. Un droit exclusif, exclusif de tout autre. Privilège exclusif. Avoir voix exclusive dans une élection, Avoir le droit d’exclure le candidat présenté. On dit aussi comme… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Nous exclusif — « nous » exclusif et inclusif Le nous inclusif et le nous exclusif En linguistique, un nous inclusif est un pronom ou une conjugaison de verbe qui indique l’inclusion du locuteur, des auditeurs, et peut être encore d’autres personnes, par… …   Wikipédia en Français

  • « nous » exclusif et inclusif — Le nous inclusif et le nous exclusif En linguistique, un nous inclusif est un pronom ou une conjugaison de verbe qui indique l’inclusion du locuteur, des auditeurs, et peut être encore d’autres personnes, par opposition au nous exclusif qui lui… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”